Capture d’une image publiée dans le rapport du département d’Etat Us

 

 L’Algérie a légèrement amélioré son classement sur la traite des êtres humains établi par le Département d’Etat, mais reste dans la liste 2  »sous surveillance ». En comparaison, la Tunisie fait mieux que le Maroc et l’Algérie, et reçoit un  »satisfecit » d’ONG onusiennes.

 

 Le « gouvernement algérien ne satisfait pas pleinement aux normes minimales pour l’élimination de la traite » des êtres humains, lit-on dans le chapitre consacré à l’Algérie dans le rapport du département d’Etat sur le trafic des personnes, présenté mardi par le secrétaire d’Etat Rex Tillerson. Cependant, des « efforts importants » ont été faits dans ce sens, précise le rapport.

 Ces efforts expliquent que l’Algérie passe de la liste rouge, le ‘’Tier3’’, au niveau 2 (Tier 2 watch list) avec la mention « sous observation de la 2e catégorie’’ dans l’édition 2017 du rapport sur le trafic de personnes, établi chaque année par le département d’Etat américain et publié mardi 27 juin 2017.

 Au titre de ces efforts menés par l’Algérie, le rapport cite des enquêtes et des poursuites judiciaires engagées contre 16 trafiquants présumés et l’identification de 65 victimes potentielles du travail forcé. Le même document souligne qu’’’en dépit de leur statut d’immigrants illégaux, les victimes identifiées ont reçu de la part des autorités des  » logements temporaires » et des « aides médicales ».

 En termes d’efforts déployés par l’Algérie pour lutter contre la traite des êtres humains, le rapport 2017 cite également ‘’ la publication d’un décret présidentiel en septembre 2016, qui institue le comité interministériel de lutte contre la traite et lui assigne un budget dédié pour mettre en œuvre son mandat’’.

 Mais, les recommandations du département d’Etat restent importantes, et montrent le chemin, qui reste à faire pour le gouvernement algérien pour se conformer pleinement à la lutte contre la traite des personnes, dont les migrants.

La Tunisie fait mieux

 Dans ses recommandations, le département d’Etat invite le gouvernement algérien à enquêter sur les réseaux de trafic d’exploitation de migrants à des fins sexuelles et de travail forcé, les poursuivre et les punir’’, et ‘’établir des procédures d’identification des victimes’’. Il s’agit également, poursuit le rapport, ‘’de mettre en place des mécanismes appropriés de protection, même en partenariat avec des ONG internationales’’.

 Par ailleurs, le rapport US sur la traite des personnes souligne que ‘’l’Algérie est un pays de transit et de destination et, dans des cas très isolés, un pays source pour l’exploitation sexuelle des enfants et le travail forcé des adultes.’’

 En comparaison, le Tunisie a fait mieux que l’Algérie et le Maroc, ex-aequo dans ce classement. L’Organisation Internationale pour les Migrations a félicité mardi la Tunisie pour avoir atteint le niveau Tier 2 dans le classement mondial des pays en matière de lutte contre la traite de personnes.

 

Ce classement figure dans le Rapport 2017 sur la traite des personnes publié mardi par le Département d’Etat américain et son Bureau de lutte et de contrôle de la traite des personnes (J/TIP).