Dans le cadre du suivi et l’évolution de la situation de la Pandémie COVID-19, le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a fait une série d’annonces, lors d’un point presse tenu ce mardi soir avec plusieurs médias nationaux.

Le chef de l’Etat a entamé son allocation par rendre hommage aux victimes qui sont tombées face à la maladie, entre autres, avant de faire un parallèle entre les capacités de l’Etat à répondre à l’urgence médicale et économique et la situation de détresse vécue chez des puissances étrangères.

« La machine industrielle est en route. A titre d’exemple, nous produisons actuellement entre 80 000 et 90 000 masques ». Et d’ajouter : « Nous maîtrisons la situation à tous les niveaux car nous avons été relativement épargnés par la crise sanitaire. Ce qui nous fait défaut par contre, c’est le manque de discipline de certains de nos compatriotes. Au niveau médical, nos équipes sont parmi les plus brillantes au monde. »

Néanmoins, Abdelmadjid Tebboune a déclaré avoir demandé aux « amis » chinois une assistance en matière de matériel médical, qui sera destinée au personnel soignant présent dans les hôpitaux, en insistant sur « la priorité » accordée par la Chine à l’Algérie, du fait « des liens d’amitiés » qui lient les deux pays.

D’autre part, le chef de l’Etat a déclaré que la possibilité d’étendre le confinement obligatoire au niveau national n’était pas d’actualité, sauf si la conjoncture venait à empirer. « Nous ne voulons pas isoler le pays inutilement ».

Au sujet des aides accordées aux entreprises et notamment les PME/TPE, Abdelmadjid Tebboune a promis qu’une assistance économique leurs sera proposée, en fonction de leur taille et secteurs d’activité.

Le volet éducatif a également été évoqué par le président, qui a annoncé que les vacances scolaires seront prolongées jusqu’à nouvel ordre. « Il n’est pas envisageable d’aller vers une réouverture des écoles et des universités, car que la situation actuelle ne le permet pas », a-t-il annoncé.

Interrogé sur le timing des mesures de précaution prises par l’exécutif, le chef de l’Etat a déclaré que l’Algérie a été la première à prendre des décisions fortes, telles que la fermeture des écoles, la suspension des transports ou le confinement des ressortissants étrangers. « Contrairement à l’Algérie, certains pays européens payent aujourd’hui le prix fort de leur attentisme. »

Sur le plan financier, Abdelmadjid Tebboune a déclaré que l’Algérie pouvait mettre jusqu’à 1 milliard de dollars sur la table pour faire face à tout type de manque matériel.

« Nos réserves de change sont de 60 milliards de dollars. Les décisions du gouvernement ne se sont pas fait attendre. Une enveloppe de 370 milliards de centimes soutenue ultérieurement par 100 millions de dollars, été débloquée dès l’apparition des premiers cas », a-t-il martelé, avant d’annoncer un décret instaurant une revalorisation de la prime de risque réservée à l’ensemble du corps médical et soignant (à partir de 10 000 DA et plafonnée à 40 000 DA/ » mois), a été signé aujourd’hui.

Parmi les autres annonces fortes du chef de l’Etat, figure la question de la lutte contre la spéculation sur certains produits de première nécessité et celle de la gestion de l’approvisionnement via l’importation de certaines matières alimentaires à forte consommation, comme la semoule et la farine de blé. Le président a assuré qu’aucun manque ne sera signalé sur ces types produits.

« L’Algérie ne connaîtra jamais une pénurie de denrées alimentaires. Je m’y engage personnellement », a-il conclu.