Afrique France Finance
Lors de la réunion des 7 et 8 juillet 2015 à Paris (Ph. dr.)
Afrique France Finance

 

Paris Europlace et l’association AfricaFrance lancent un cluster destiné à diversifier les sources de financement de l’économie dans les pays partenaires, dont le Maroc, l’Algérie et la Tunisie.

Paris Europlace, qui représente les marchés obligataires de Paris, et l’association AfricaFrance, ont annoncé lors des Rencontres financières internationales, les 7 et 8 juillet à Paris, la création d’un cluster. Ce cluster est destiné à former et à étoffer un vaste réseau acteurs financiers et bancaires aussi bien Français, qu’Africains. A l’origine de cette initiative, un groupe de travail composé de Hubert Védrine, Lionel Zinsou, Tidjane Thiam, Jean-Michel Severino et Hakim El Karoui. Le cluster est en préparation depuis le Sommet Paix et Sécurité de l’Elysée de décembre 2013. Par ailleurs, au sein du comité de pilotage on retrouve notamment Said Ibrahimi, directeur général de Casablanca Finance City Authority, aux côtés de Edoh Kossi Amenounve directeur général de la Bourse régionale des valeurs mobilières basée à Abidjan.

Besoin de 90 milliards $ de financement d’ici 2020

La Banque mondiale estime le montant des besoins de financement en infrastructures à plus de 90 milliards de dollars par d’ici à horizon 2020. La diversification des sources de financement et notamment le développement des marchés boursiers sont destinés à répondre à ces besoins. Gérard Mestrallet, président de Paris Europlace (et PDG d’Engie), estime que « le Cluster Finances AfricaFrance représente une opportunité de dynamiser les relations entre les places financières africaines et française et d’accompagner le financement de la croissance de ce continent. »

Le cluster articule cinq axes de travail : le développement de l’épargne longue, dans le but de la mettre au service du financement de l’économie et des entreprises ; la diversification des canaux de financement de marché pour les entreprises, l’accompagnement de l’augmentation des besoins dans le secteur de l’assurance ; la prise en compte de l’intégration des nouvelles technologies dans le secteur de la finance en Afrique ; le développement de la recherche et de la formation dans le domaine boursier.

Des axes concrets associant les trois places financières du Maghreb

Des chantiers concrets sont au programme. Le cluster va tout d’abord se doter d’un observatoire du financement des entreprises. On parle également de la création d’un campus digital de la finance pour la formation des professionnels de la finance et de la création d’un incubateur de PME financiers. Le cluster sera enfin en charge de la rédaction d’un rapport sur les perspectives de désintermédiation du financement des entreprises en Afrique. Ce rapport, qui sera l’œuvre de Casablanca Finance City et de Paris Europlace, sera exposé au public à Casablanca.

« Les places financières du Maghreb sont associées » déclare Karim Zine Eddine, membre de la direction des études d’Europlace. « Nos partenaires interviennent sur la totalité des axes, mais ils peuvent être plus actifs sur certains projets », indique-t-il. Poursuivant : « On a définit la feuille de route du cluster finance, la place financière de Casablanca intervient dans la réalisation du rapport sur la désintermédiation et va participer à l’observatoire ». Il explique également que le cluster « s’associera avec l’Algérie, en partenariat avec la COSOB, pour la formation et la désintermédiation », ajoute-t-il. « Nous représentons une multitude d’acteurs, on les accompagne de manière très transversales, nous n’intervenons pas de façon opérationnelle » conclut-il.