Opep

Les réserves prouvées de pétrole brut dans les pays membres de l’Organisation des pays explorateurs de pétrole (Opep) ont connu une hausse de 3,7% en 2019, par rapport aux niveaux enregistrés en 2018, a indiqué le dernier bulletin statistique annuel (ASB) de l’Opep.

“Les réserves prouvées de pétrole brut dans les pays membres de l’Opep ont augmenté de 3,7% pour atteindre 1,227 milliards de barils à la fin de 2019, après une légère baisse en 2018”, a précisé l’Organisation dans la 55e édition de l’une de ses publications phares.

Ces réserves avaient légèrement diminué de 0,2% à 1,189 milliards de barils à la fin de 2018.

Globalement, les réserves mondiales prouvées de pétrole brut s’élevaient à 1,551 milliards de barils à la fin de 2019, en augmentation de 3,6 % par rapport au niveau de 1,497 milliards de milliards enregistré fin 2018.

En revanche, la production de pétrole brut de l’OPEP était en “forte” baisse sur un an de 1,86 mb/j, soit 6,0%, tandis que la production de brut des pays non-OPEP a augmenté de 1,30 mb/j, soit 2,9% en 2019, selon les chiffres de l’Organisation.

La production mondiale totale de pétrole brut a également diminué en 2019 de 0,56 million de barils/jour (mb/j), soit 0,7%, par rapport à 2018, à 75,26 Mb/j en moyenne, après un sommet historique en 2018.

Durant l’année dernière, les trois principaux pays producteurs de pétrole brut étaient les Etats-Unis (12,23 mb/j), la Russie (10,63 mb/j) et l’Arabie saoudite (9,81 mb/j).

Le bulletin a souligné, d’autre part, qu’avec une moyenne de 99,67 Mb/j en 2019, la demande mondiale de pétrole a augmenté de 0,9% en glissement annuel, avec les plus fortes augmentations enregistrées pour la région Asie et Pacifique (notamment la Chine et l’Inde), l’Afrique et le Moyen-Orient.

Suivant quatre années consécutives de croissance, la demande de pétrole de l’OCDE a légèrement diminué en 2019, tandis que la demande de pétrole dans les pays membres de l’OPEP a renoué avec la croissance en 2019 après avoir légèrement diminué en 2018.

Les distillats et l’essence ont représenté pour environ 55 % de la demande mondiale de pétrole en 2019, avec une tendance à la hausse.

L’OPEP a exporté en moyenne 22,48 mb/j de pétrole en 2019

Pour ce qui est des exportations, les pays membres de l’OPEP ont exporté en moyenne 22,48 mb/j de pétrole brut en 2019, soit une forte baisse d’environ 1,80 mb / j, ou 7,4%, par rapport à 2018, a fait savoir l’Opep dans son bulletin.

Conformément à la tendance des années précédentes, la majeure partie du pétrole brut des pays membres de l’OPEP qui est de 15,73 mb/j ou 70 % a été exporté vers la région Asie et Pacifique, suivie de l’Europe, selon l’Organisation.

Des volumes considérables de pétrole brut, environ 4,01 mb/j ont également été exportés vers l’Europe en 2019, ce qui représente une baisse par rapport à 4,57 mb / j enregistrés en 2018.

L’Amérique du Nord a importé 1,22 mb/j de pétrole brut de pays membres de l’OPEP, qui était d’environ 1,41 Mb/j, soit 53,6%, de moins que les volumes de 2018.

Concernant les exportations des produits pétroliers en provenance des pays membres de l’OPEP, elles ont atteint en moyenne 3,88 mb/j en 2019, en baisse d’environ 0,78 mb/j, ou 16,8 %, par rapport à 2018, alors que les importations de produits pétroliers par ces pays sont en moyenne 1,68 mb/j en 2019, environ 0,74 mb/j, soit 30,5%, de moins qu’en 2018.

Les 13 pays membres de l’OPEP sont l’Algérie, l’Angola, le Congo, la Guinée équatoriale, le Gabon, I’Iran, l’Irak, le Koweït, la Libye, le Nigéria, l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis et le Venezuela.