La baisse actuelle des cours du brut, même si elle est importante, ne ressemble pas encore à leur effondrement en 2008.

Les recettes attendues des exportations d’hydrocarbures, la principale ressource du pays, sont désormais de 34 milliards de dollars contre environ 60 mds initialement prévus. En 2014, ces exportations avaient généré 68 mds USD de recettes

 

L’offre de pétrole sur le marché mondial sera plus abondante à partir de décembre, a prédit dimanche le ministre de l’Energie Salah Khebri, alors que l’Algérie a perdu la moitié de ses revenus en raison de la baisse des prix de l’or noir.

M. Khebri, cité par l’agence APS, a dit s’attendre à une offre de pétrole plus abondante à partir de décembre, dans la foulée de l’accord entre Téhéran et les puissances occidentales sur le nucléaire iranien.

La surabondance mondiale a largement contribué à faire chuter les prix de plus de moitié depuis la mi-2014, et elle ne semble pas vouée à se résorber dans l’immédiat, que ce soit aux Etats-Unis, dont la production a rebondi la semaine dernière, ou au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) qui continue à dépasser son plafond théorique d’offre de 30 millions de barils par jour (bpj).

 

Austérité

 

Selon le ministre algérien, les consultations sont en cours entre les pays de l’Opep au sujet d’une éventuelle réunion extraordinaire du cartel consacrée à la baisse des cours.

Un budget rectificatif 2015 prévoyant une baisse de 50% du revenu des exportations, essentiellement pétrolières, et de nouvelles mesures fiscales pour compenser en partie cette baisse, a adopté fin juillet.

Les recettes attendues des exportations d’hydrocarbures, la principale ressource du pays, sont désormais de 34 milliards de dollars contre environ 60 mds initialement prévus. En 2014, ces exportations avaient généré 68 mds USD de recettes