Face aux promesses de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), les investisseurs restent sceptiques et s’inquiètent des turbulences économiques.

Les cours du pétrole, qui avaient déjà enregistré de grandes pertes la semaine dernière, ont de nouveau chuté lundi.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en février perdait, lundi, 3,08 dollars ou 5,72%, en s’affichant  à 50,74 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres. Depuis son récent pic début octobre, le baril de Brent a perdu 41%.

Face aux promesses de l’Opep (Organisation des pays exportateurs de pétrole), les investisseurs restent sceptiques et s’inquiètent des turbulences économiques.

Dimanche, des responsables de l’Opep se sont montrés plutôt rassurants lors d’une réunion au Koweït. Mais les investisseurs doutent de la capacité de l’organisation et de ses partenaires, qui ont convenu début décembre de réduire la production de 1,2 million de barils par jour à partir du 1er janvier pour soutenir les prix, à résorber l’excédent d’or noir sur le marché.