Photo puits de petrole
Selon l’Agence internationale de l’Energie (AIE), les prix de l’énergie sont en surchauffe et pourraient « franchir la ligne rouge » au quatrième trimestre.

Les prix du pétrole continuent leur hausse avec une stabilité remarquée ces derniers jours. Ce matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en décembre, valait 85,10 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE) de Londres, en hausse de 10 cents par rapport à la clôture de mardi.

Cette hausse est due, selon les analystes, à une perturbation à court terme de la production d’Amérique du Nord par un incendie dans une raffinerie canadienne et par l’approche de l’ouragan Michael aux Etats-Unis.

En effet, une forte explosion, suivie d’un incendie, s’est produite lundi dans la plus importante raffinerie canadienne au Nouveau-Brunswick.

L’industrie pétrolière américaine se prépare, quant à elle, à l’arrivée d’un nouvel ouragan sur les côtes américaines en milieu de semaine. L’ouragan Michael qui se trouve dans le golfe du Mexique et devrait atteindre les côtes américaines ce mercredi, a été élevé mardi en ouragan de catégorie 2 sur 5 par le Centre national des ouragans (NHC).

Selon le dernier point du Bureau de régulation de l’environnement et de la sécurité (BSEE), des plateformes représentant environ 19% de la production de brut dans le golfe du Mexique ont déjà été évacuées.

Par ailleurs, la crainte de la perte des exportations de brut iranien sur le marché mondial à cause des sanctions américaines alimente depuis plusieurs semaines l’envolée des cours de l’or noir. Les acteurs du marché continuaient, par ailleurs, à s’interroger sur les effets de cette perte de brut iranien, frappé à partir de novembre par des sanctions américaines.

Selon l’Agence internationale de l’Energie (AIE), les prix de l’énergie sont en surchauffe et pourraient « franchir la ligne rouge » au quatrième trimestre.