Les cours du pétrole ont enregistré une hausse significative jeudi au terme des échanges à Londres et New York. L’annonce d’une chute massive des réserves américaines de brut était passée par là.

 

 

Le cours du baril de « light sweet crude », référence américaine du brut, a pris 2,12 dollars à 47,62 dollars jeudi sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).  A Londres, le prix du baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en novembre, a avancé de 2,01 dollars à 49,99 dollars sur l’Intercontinental Exchange (ICE). Cette hausse significative des cours est à mettre sur compte de la chute massive des réserves américaines de brut, même si certains observateurs relativisaient ce chiffre en l’expliquant par des circonstances exceptionnelles.

Les cours pétroliers qui bénéficiaient déjà depuis plusieurs jours de l’optimisme des investisseurs sur une possible stabilisation du marché après la volonté affichée par la Russie et de l’Arabie Saoudite sur une coopération des plus serrée pour réduire la surabondance de l’offre, ont brusquement accéléré après l’annonce par le département de l’Energie (DoE) d’une baisse hebdomadaire de 14,5 millions de barils des réserves américaines de brut.

 Ce chiffre jugé « impressionnant »surtout que les stocks fluctuent rarement de plus de quelques millions de barils d’une semaine à l’autre a déconcerté les investisseurs. « Personne n’a vu venir » ces chiffres, a reconnu Fawad Razaqzada, de Forex.com à l’AFP, rapportant qu’ils avaient « surpris même les plus optimistes des pronostics ».

D’autres analystes estiment que cette situations n’est que conjoncturelle en s’appuyant sur les mauvaises conditions climatiques générées par le passage de la tempête Hermine. « La semaine prochaine on risque d’assister à une hausse d’une dizaine de million de barils » des réserves de brut, « car tous les navires vont se décharger après avoir ralenti pour éviter la tempête. Donc, le marché monte cette semaine… Mais il baissera la semaine prochaine ! », a expliqué James Williams, de WTRG Economics. Malgré ce caractère exceptionnel de la baisse des réserves américaines, les cours continuent de se maintenir à un niveau relativement élevé, ne cédant que quelques centimes ce jeudi en Asie.