Les prix du Brent ont approché le seuil des 70 dollars le baril pour la première fois de l’année ce mercredi en cours d’échanges européens.

Le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 69,79 dollars à Londres, en hausse de 42 cents par rapport à la clôture de mardi.

Selon des analystes, l’affaiblissement de la croissance de la Chine, premier importateur mondial de brut, inquiète depuis plusieurs mois les investisseurs qui craignent de voir une demande de pétrole en berne dans le pays.

En plus, l’offre reste quant à elle limitée par les efforts volontaires de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) et de ses partenaires, ainsi que par les sanctions américaines contre l’Iran et le Venezuela.

Par ailleurs, le marché de l’or noir attend les données officielles de l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA), au sujet des stocks américains, qui seront publiés prochainement.

A ce propos, les analystes tablent sur des reculs de 800.000 barils des stocks de brut, de 2,5 millions de barils des stocks d’essence et de 600.000 barils des stocks d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole).

Mais la fédération professionnelle American ‘’petroleum institute’’, qui compile ses données de manière indépendante, a fait état d’une hausse des stocks de brut. « Cela va rendre la publication du rapport de l’EIA d’autant plus intéressante », a commenté un analyste du marché pétrolier.