Selon le cabinet britannique de conseils en énergie, Energy Aspects, un rebond de la demande mondiale de pétrole fera passer le prix moyen du Brent d’environ 43 dollars le baril cette année à 66 dollars l’année prochaine et à 83 dollars en 2023.

Pour le cabinet britannique, la baisse de la demande pétrolière n’a pas atteint les niveaux redoutés malgré la forte contraction de l’économie mondiale, ce qui est la preuve que le monde dépend et dépendra encore beaucoup du pétrole.

Energy Aspects explique que la vague de confinements, suite à la crise sanitaire, et le recul de l’activité industrielle, ont entraîné des prévisions de baisse de 30 à 40 % par rapport à la demande mondiale de pétrole estimée d’environ 100 millions de barils par jour.

« L’industrie s’attendait à une baisse de la demande autour de 28 millions de barils par jour, mais celle-ci n’a pas dépassé les 18 millions de barils par jour en avril », souligne le cabinet britannique.

Pour Energy Aspects, cela illustre la dépendance du monde au brut et laisse entendre que cette dépendance ne diminuera pas à court terme. Par ailleurs, cela est le signe d’une reprise rapide de la demande dans les prochains mois, une fois la propagation maitrisée, pour soutenir l’ensemble de l’industrie.

Rappelons que d’autres cabinets de conseils en énergie sont allés dans le même sens qu’Energy Aspects. Deloitte a publié une étude qui prévoyait que le prix du Brent passera d’une moyenne de 39 dollars par baril cette année à 46,5 dollars en 2021 et atteindra les 64 dollars en 2023.