L’Energy Information Administration (EIA), l’agence fédérale de l’énergie américaine, a abaissé mardi sa prévision de croissance de la demande pétrolière mondiale pour cette année de 110.000 barils par jour (bpj), à 890.000 bpj.
Dans ses prévisions mensuelles, l’EIA a également réduit sa prévision de croissance de la demande globale de brut pour 2020 de 30.000 bpj, à 1,40 million de bpj.
La demande de pétrole brut extrait aux Etats-Unis devrait progresser de 140.000 bpj cette année à 20,59 millions de bpj, alors que l’EIA tablait auparavant sur une augmentation de 210.000 bpj. L’agence estime toujours que la demande de brut extrait aux Etats-Unis va augmenter de 260.000 bpj en 2020.
La production pétrolière des Etats-Unis devrait parallèlement augmenter de 1,25 million de bpj cette année à 12,24 millions de bpj, ce qui constituerait un nouveau record. Cette prévision a été légèrement réduite par rapport à celle du mois dernier (+1,28 million).
L’an prochain, les Etats-Unis devraient accroître leur production de brut de 990.000 bpj supplémentaires à 13,23 millions de bpj, confortant ainsi leur position de premier producteur mondial devant l’Arabie saoudite et la Russie.