En raison de perspectives de croissance économique plus faibles, l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) a revu mardi à la baisse ses prévisions concernant la demande mondiale de pétrole l’année prochaine.

Dans son rapport mensuel, l’OPEP a déclaré que la croissance de la demande mondiale de pétrole devrait passer à 6,5 millions de barils par jour (b/j) en 2021, soit 80.000 b/j de moins que sa projection du mois dernier.

Cette révision reflète principalement des perspectives de croissance économique plus faibles pour les pays de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et les régions non membres de l’OCDE, par rapport aux prévisions du mois dernier, est-il indiqué.

En 2020, la demande mondiale de pétrole devrait diminuer de 9,5 millions de b/j en glissement annuel, pour atteindre un niveau de 90,3 millions (b/j), relativement inchangé par rapport à l’évaluation du mois dernier.

La prévision de croissance économique mondiale reste à – 4,1 % pour 2020, tandis que pour 2021, elle est révisée à la baisse à 4,6 %, contre 4,7 % dans l’évaluation du mois dernier.

Le rapport indique que les économies qui ont réussi à mettre en œuvre des mesures efficaces de confinement liées au COVID-19 et de relance économique au cours du premier semestre 2020 ont jusqu’à présent obtenu de meilleurs résultats.

Ces résultats expliquent la révision à la hausse de la croissance du PIB en 2020 au sein des pays de l’OCDE et en Chine, alors que dans certaines économies émergentes et en développement, les taux de croissance ont été revus à la baisse.