Comment évolueront les technologies des sciences de la communication durant la nouvelle année 2014 ? Y aura-t-il d’autres révolutions comme le LTE et le Cloud ? Oui, disent plusieurs prévisionnistes. Le « tout connecté », l’impression 3D, l’entreprenariat digital et l’Internet des objets seront les acteurs de cette révolution. L’ampleur de la performance du processus de l’interopérabilité des systèmes des télécommunications laisse croire que les futurs consommateurs des produits numériques seront complètement dépassés par la grande vitesse d’évolution des technologies intelligentes. Les accessoires connectés sont les premiers objets qui nous viennent à l’esprit. Les montres intelligentes, bracelets électroniques et « Smartglasses » (lunettes intelligentes) sont les principaux ingrédients d’une guerre commerciale entre les « géants » des TIC qui aura lieu cette année. Ces appareils vont changer notre quotidien et surtout forcer les compagnies traditionnelles produisant les montres, lunettes, cartes magnétiques et PC à s’adapter ou à disparaître. Plus besoin donc de sortir le téléphone de votre poche pour connaître qui vous appelle ou pour lire un SMS ou un Email. Mieux, les lunettes connectées de Google ou de Microsoft permettront d’accéder à Internet via un petit écran semi-transparent fixé la monture. Plus besoin de garder les yeux fixés sur l’écran de votre Smartphone pour prendre une photo ou une vidéo, lire un message entrant ou faire une recherche sur Google. Il suffit de mettre vos lunettes connectées pour gérer vocalement le menu des informations disponibles.

L’impression 3D est l’autre nouveauté qui va révolutionner le secteur des IT cette année. Selon le cabinet d’études Gartner, cette technologie causera un préjudice de 100 milliards de dollars par an en termes de propriété intellectuelle. Décryptage, la démocratisation des technologies de numérisation, de modélisation et d’impression 3D vont permettre à de nombreuses personnes de fabriquer des objets et des outils sans aucune logique de « copyrighting ». Dopé par les avantages de la délocalisation et de l’externalisation, l’entreprenariat numérique devrait supplanter progressivement la gestion traditionnelle des entreprises et surtout multiplier le nombre de sociétés créées, dirigées, et financées à l’aide de ressources entièrement numériques. C’est pourquoi, le cabinet Gartner appelle à une migration vers des modèles économiques adéquats pour faire face aux problèmes provoqués par la baisse de la quantité de travail, due à la numérisation des procédés.