ALGER- Plusieurs mesures ont été prises pour améliorer le service public de l’eau potable en assurant une distribution quotidienne pour un maximum de communes, a indiqué mercredi le ministère des Ressources en Eau dans un communiqué.

Ce dispositif sera mis en place suite à un bilan exhaustif établi à la fin de la saison estivale 2017 faisant état de carences en alimentation en eau potable enregistrées au niveau de 592 communes réparties sur 30 wilayas.

Ce bilan a été récemment présenté lors d’une réunion du ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, avec les directeurs des ressources en eau des 30 wilayas enregistrant des carences en alimentation en eau potable, à l’effet d’examiner l’état d’exécution des différentes actions engagées dans le cadre du programme d’amélioration du service public de l’eau potable.

Sur les 592 communes ayant enregistré des perturbations durant la saison estivale 2017, 367 devront bénéficier d’une alimentation quotidienne avant la saison estivale 2018.

 

Cet objectif est déjà atteint pour 123 d’entre elles et s’élargira aux 244 autres d’ici le 15 mai 2018, soit à la veille du mois de Ramadhan, selon le ministère.

Pour les 225 communes restantes de ce programme, elles bénéficieront graduellement d’une alimentation quotidienne durant le second semestre 2018.

D’autre part, sur le plan de la gestion et dans le souci de professionnalisation des métiers de l’eau, il a été décidé de transférer graduellement le service public de l’eau des régies communales vers l’Algérienne des Eaux (ADE) avec comme objectif d’intégrer la totalité des communes à horizon 2020.

Il a aussi été convenu de revoir et de réajuster l’organisation des organismes de gestion du service public de l’eau (ADE, SEAAL, SEOR, SEACO) afin de l’adapter aux spécificités de chaque wilaya en opérant chaque fois que c’est nécessaire la reconversion des agents aux métiers opérationnels et en mettant l’accent sur la formation et le perfectionnement des effectifs.

Engagements de moyens financiers « importants »

 

Dans ce cadre, le ministère a souligné que des moyens financiers « importants » ont été dégagés à travers plusieurs programmes (programme sectoriel, PCD, FCCL et programme d’urgence) afin d’assurer une alimentation régulière en eau potable à travers la réalisation et/ou la mise à niveau d’infrastructures hydrauliques (mobilisation, pompage, stockage, transport…).

La même source rappelle les instructions fermes fréquemment adressées par M. Necib aux gestionnaires du service public de l’eau potable quant à l’obligation de se doter de produits de traitement, de pièces de rechange et de pompes de secours en stocks suffisants afin de parer à toute éventualité.

Lire aussi: Ressources en Eau : 66% de taux de remplissage des barrages

Cette réunion a également été l’occasion pour le ministre d’insister sur l’obligation de mettre en service, avant le début de la saison estivale, les projets structurants en voie d’achèvement tels que le projet de Chott El-gharbi pour l’alimentation des habitant des communes du nord de Naama, du sud de Tlemcen et du sud et de l’ouest de Sidi Bel Abbes, le projet d’alimentation des communes de Sétif à partir du barrage de Mahouane, le projet d’alimentation des habitants de la wilaya de Oum El-Bouaghi à partir du barrage d’Ourkis, sans oublier le programme d’urgence visant l’amélioration de l’alimentation en eau potable des wilayas d’Annaba et d’El-Tarf.

Il a encore une fois appelé les différents responsables à plus de mobilisation et d’engagement en les exhortant à accélérer la cadence dans l’exécution des différents programmes: « Une amélioration sensible doit être ressentie par les usagers du service public de l’eau potable à partir de cet été », a-t-il insisté.

Le communiqué relève aussi la coordination intersectorielle engagée avec le ministère de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du Territoire ainsi qu’avec le ministère de l’Energie pour s’assurer de l’alimentation continue en énergie électrique.