L’Algérie a importé 1,3 million de tonnes de blé en 2014 contre 2,2 millions en 2013.

L’Algérie qui a augmenté ses importations de blé tendre en 2015, a baissé de 48% ses importations de blé français, et s’est tournée vers d’autres fournisseurs. Les professionnels agricoles français inquiets, demandent de redresser rapidement la barre pour le maintien du marché algérien.

 

L’Algérie a réduit de 48% ses importations de blé tendre français depuis le début de la campagne céréalière, par rapport à la campagne précédente, en raison de la baisse de qualité, selon le site français d’information agricole Terra.net.

Cette baisse de qualité, observée depuis 2005, est due, selon la même source, à la baisse du taux de protéine dans le blé français qui est passé en 10 ans de 12,3% à 11,1%, pour s’établir à 11% en 2015. Les agriculteurs français s’inquiètent de la perte d’un client « privilégié » et « exigeant » en matière de qualité.

Les agriculteurs français s’inquiètent

 « La qualité dégressive des blés français pénalisera-t-elle nos exportations vers ces pays ? », s’interroge le bureau d’experts en stratégies des marchés agricoles et agro-industriels Agritel. Pour ce dernier,  « la qualité du blé est un facteur primordial pour que la France demeure un exportateur majeur vers la zone Maghreb ».  Une zone où l’Algérie ne produit que 10% de ses besoins en blé tendre. Pour Agritel, «  la filière céréalière française doit absolument redresser la barre en matière de protéines, pour maintenir un débouché algérien – le premier à l’export vers pays tiers – exigeant en matière de qualité ».

Agritel recommande aux filières agricoles françaises d’élever rapidement le taux de protéine dans le blé pour conserver la relation « privilégiée » qu’elle entretient avec les pays du Maghreb. Agritel préconise aux professionnels agricoles français de maintenir le taux moyen national de teneur en protéines à 11,5 % minimum ». Une moyenne atteignant difficilement les exigences de l’Algérie.

L’Algérie augmente ses importations en diversifiant les fournisseurs

Les importations algériennes  de blé français ont baissé de 44 % durant les premiers mois de la campagne 2014/2015, en s’établissant à un peu moins de 2 millions de tonnes contre près de 3,6 millions de tonnes à la même période un an auparavant. 

 Avec 4.95 millions de tonnes de blé importées en 2015, l’Algérie a pourtant augmenté de 21% ses importations de blé tendre par rapport à l’année précédente.  Ses nouveaux fournisseurs sont désormais  l’Allemagne, la Suède, la Pologne et le Royaume Uni, selon le site France Agricole.