Mouwatana
Le coordinateur national du mouvement Mouwatana, Djilali Soufiane  a déclaré à Maghreb Émergent que la décision du soutien au candidat potentiel à la présidentielle du 18 avril prochain Ali Ghediri par l’Union pour le changement et le progrès (UCP) que préside la porte-parole dudit mouvement, Zoubida Assoul, ne correspond pas à la feuille de route du mouvement.  

La décision n’implique pas Mouwatana

« En tant que présidente de son parti, et à partir du moment où elle n’implique pas Mouwatana,  Mme. Assoul est libre de sa position » a souligné Soufiane Djilali.

Selon notre interlocuteur, les acteurs du mouvement Mouwatana se réuniront au courant de cette semaine et rendront public un communiqué dans lequel  ils exprimeront leur position vis avis l’évolution de la scène politique. Quant à son parti Jil Djadid, Soufiane Djilali a signalé qu’il attend la réunion de son Conseil national pour clarifier sa position.

Paradoxe

Il faut noter que Mouwatana appelle les futurs candidats aux présidentielles de 2019 à se retirer des élections dans le cas où Bouteflika venait à présenter sa candidature. En outre, Ali Ghediri a affirmé que la  candidature de Bouteflika pour un éventuel 5e mandat ne l’intéressait pas.  Il explique qu’il prenait cette question en considération mais qu’il ne bâtissait pas sa stratégie sur une candidature de Bouteflika ou non, dans les deux cas il affirme poursuivre sa démarche jusqu’au bout. Ce qui peut mettre Mouwatana dans une situation délicate et paradoxale.

« Être membre de Mouwatana n’efface pas mon parti »

Lors de sa conférence de presse ce samedi matin, Assoul s’est expliqué à propos de son adhésion à Mouwatana et l’impact que peut avoir sa décision sur le mouvement  qui a une autre feuille de route.  Pour elle son parti UCP, est souverain dans ses décisions. « J’ai un parti et j’ai des militants qui décident. Ce n’est pas parce que je suis membre de Mouwatana que j’efface mon parti ».  « À l’interieur de Mouwatana nous somme d’opinions diverses » a-t-elle ajouté. 

« Entre le boycott et le soutien d’un candidat avec qui on partage les mêmes tendances et les mêmes visions, nous avons choisi le soutien » a  notamment déclaré  Assoul. Enfin elle note que ledit soutien “n’est pas un blanc-seing, nous allons établir une feuille de route, semblable à un contrat entre l’UCP et Ghediri et entre l’UCP et le peuple et cela cadrera notre relation future”.