Le collectif des avocats ayant décidé de ne pas accéder à la salle d’audience où se tenait le procès d’anciens hauts responsables ont exprimé leur mécontentement quant au chaos qui s’est produit au tribunal de Sidi M’hamed, à Alger en raison du nombre important de personnes venus assister au procès.

Selon maitre Khaled Bourayou, « le gouvernement veut donner un bouc émissaire à l’opinion publique à la veille des élections présidentielle du 12 décembre prochain et cela est inacceptable  » .

Une théorie soutenue aussi par Me Khaled Bergheul qui a assuré que ce lundi, l’ensemble des avocats ont constaté que la justice a été « guillotinée à Sidi M’hamed ». il a ajouté que les avocats de la défense ne peuvent pas laisser passer cela « .

Me Abdelmadjid Silini, président du collectif des avocats de la défense a déclaré que « toutes les procédures pénales ont été bafouées et les avocats de la défense ne peuvent cautionner et accepter ces conditions et partager ces dépassements ».

Me Khaled Bergheul a nié toute volonté de la défense de vouloir reporter cette audience. « On n’a pas demandé un délai. On a dit que les conditions de travail n’étaient pas réunies. En plus, le bâtonnier n’a pas pu entrer à la salle d’audience, un avocat a été violenté par la police, le juge n’a pas pu parler, et ne pouvait pas voir le procureur de la république», a-t-il martelé.

Selon les avocats deux dossiers différents devaient être traités dans le même procès t. Selon Maitre Abdelmadjid Silini, « deux dossiers ont été placés à la table sans même pas débattre cela avec les avocats ». Selon Me Silini, cette confusion est certainement le fait d’une instruction donnée par l’exécutif.