Le journaliste Khaled Drareni a été condamné ce mardi par la Cour d’Alger à 2 ans de prison ferme en deuxième instance. La peine de ses co-inculpés Samir Belarbi et Slimane Hamitouche a en revanche été confirmée.

Le verdict du procès en appel du journaliste Khaled Drareni et ses co-accusés, prononcé ce mardi 15 septembre était en « stand by » ce matin, à cause d’un retard dans le transfert des détenus de la prison de Kolea, vers la Cour d’Alger, a-t-on appris sur place.

Le tribunal de Ruisseau a commencé par rendre les verdicts de détenus de la prison d’El Harrach, arrivés juste après l’ouverture de l’audience à 9h40.

Le procès en appel de Khaled Drareni s’est tenu le 8 septembre dernier. Le journaliste incarcéré depuis quelques mois déjà a été condamné à 3 ans de prison ferme par le tribunal de Sidi M’Hamed en première instance. Les verdicts de la première et deuxième instances sonnent sonne comme un ultime bras d’honneur fait au Hirak et à ses revendications citoyennes.

Lundi, une dizaine de journalistes et de militants pour la liberté de la presse ont organisé un sit-in à la maison de la presse, Tahar Djaout, afin d’affirmer leur soutien indéfectible à leur confrère et collègue et exiger sa libération immédiate, lui embastillé à tort, uniquement pour avoir fait son travail.

Un soutien dont l’écho se fait entendre à l’international, où des journalistes de premier plan et des ONG (notamment RSF et Amnesty International) se sont également mobilisés pour exprimer publiquement leur rejet du verdict qui a mené Khaled Drareni droit dans les geôles du système.