Après moult rumeurs ayant circulé, ces dernières semaines, au sujet de son arrivée imminente sur Alger, François Gouyette vient d’être officiellement nommé par le président Emmanuel Macron lors du Conseil des ministres, Ambassadeur de France en Algérie, en lieu et place du chevronné Xavier Driencourt, parti quant à lui, profiter des vertus de la retraire.

L’ancien ambassadeur de France en Arabie Saoudite est avant tout un fin connaisseur du monde arabe, dont il parle la langue. Selon certaines indiscrétions venues de l’hexagone, cette nomination est synonyme d’un pas de plus, fait pas le plus jeune président de la cinquième République française vers l’Algérie.

En effet, l’arrivée de François Gouyette à la tête de la chancellerie française en Algérie ferait également partie du processus de normalisation des relations bilatérales, suite aux nombreux couacs ayant eu lieu de part et d’autre de la Méditerranée depuis presque un an.

Un autre “algérophile” !?

né en 1956 d’un père ayant vécu en Algérie, à Bejaia précisément, il est titulaire d’une maîtrise en droit public, d’un diplôme supérieur de l’Institut national des langues et civilisations orientales (arabe) et d’un diplôme de traducteur arabe – français. Polyglotte, il parle trois langues étrangères outre l’arabe : l’anglais le grec et le turc.

En France, il est surtout connu pour être un ancien homme de l’ombre de Jean-Pierre Chevènement, lui-même un grand ami de l’Algérie ayant été, entre autres, président de l’association France-Algérie, et dont il a été le conseiller diplomatique pendant son passage à Beauvau.

Après quatre ans en poste à Abou Dabi, il devient ambassadeur chargé du processus euro-méditerranéen en août 2005. En décembre 2007, il est nommé ambassadeur de France en Libye et prend ses fonctions début 2008. Peu après le déclenchement de la révolte contre le régime de Kadhafi, l’ambassade de Tripoli est fermée et l’ambassadeur et son personnel sont rapatriés en France le 26 février 2011.

Il poursuit cependant sa mission jusqu’à son remplacement en octobre 2011 par Antoine Sivan. Le 24 août 2012, il est nommé ambassadeur de France en Tunisie. En septembre 2016, il devient ambassadeur de France en Arabie saoudite, succédant à Bertrand Besancenot. Le 29 juillet 2020, il est nommé ambassadeur de France en Algérie.

A noter que parmi les dossiers urgents qu’il trouvera sur son bureau, figure celui de la crise libyenne, sur lequel il serait particulièrement attendu afin de contribuer à trouver rapide d’une solution pacifique entre les parties prenantes de ce conflit et leurs alliés respectifs.