Le Front des forces socialistes affirme qu’une fois de plus, le pouvoir s’entête et persévère dans sa course effrénée tout droit vers le mur. À travers la nomination de ce nouveau gouvernement, nous constatons que le régime cherche à gagner plus de temps pour réorganiser ses rangs et préparer ses prochains coups politiques.

Le pouvoir n’a finalement pas dérogé à ses pratiques d’antan qui consistent à tout faire bouger pour que tout reste en place. Néanmoins, le maintien du Général Major Gaid Salah dans son poste au gouvernement raisonne à lui seul, comme une cinglante réponse à ceux qui croyaient au miracle au sein du sérail. Le FFS affirme que le régime combien même affaibli et paniqué a décidé une fois de plus, d’ignorer les revendications légitimes et pressantes de la quasi-totalité du peuple algérien qui aspire et se bat pour le changement radical de ce système. Le FFS dénonce énergiquement ce mépris caractérisé à l’égard du peuple révolté.

 Le FFS dénonce par la même occasion cette propagande médiatique qui vise à créer l’incompréhension et la confusion chez les Algériens et dans l’opinion publique. Il est clair que le pouvoir s’affaire activement à assassiner la révolte populaire en miroitant le spectre du chaos national. Le FFS qui vient de présenter une proposition de sortie de crise pour l’avènement de la deuxième république, et invite le peuple algérien à maintenir sa mobilisation intacte afin de faire aboutir ses revendications légitimes.

 Le FFS invite aussi les acteurs politiques, sociaux et personnalisés crédibles et indépendants à s’unir comme un seul homme et autour d’une unique option celle qui consiste à amorcer un véritable processus démocratique de transition. Le FFS réaffirme son engagement à rester mobilisé jusqu’à la satisfaction complète des revendications populaires pour la liberté, la démocratie et l’autodétermination.

Le premier secrétaire

Hakim BELAHCEL