Sonatrach

Sonatrach a réagi sur le scandale qui a éclaté ces derniers jours au Liban, autour d’une livraison d’un carburant jugé défectueux, impliquant la filiale de Sonatrach à Londres.

La filiale SPC Londres de Sonatrach, qui a livré le fuel au client libanais « n’a aucune responsabilité, à partir du moment où ce produit répondait aux normes contractuelles avant son embarquement sur le navire », a affirmé Mounir Sakhri, directeur de la communication de Sonatrach.

Le même responsable a expliqué qu’il s’agit d’une seule cargaison « qui a fait l’objet d’analyse par des bureaux d’expertise indépendants, au port de chargement, lesquels ont établi qu’elle répondait fidèlement aux exigences contractuelles ». Il a ajouté que « ce n’est qu’à l’arrivée à destination que le ministère de l’Electricité et de l’Eau a demandé d’autres analyses».

Le responsable de Sonatrach s’est demandé pourquoi ce carburant a été qualifié de frelaté, défectueux, voire douteux, alors que les analyses effectuées à sa sortie de la raffinerie ont révélé qu’il était conforme aux normes contractuelles ?

« Chaque pays a ses propres normes, et celles sur lesquelles la SPC Londres et le ministère libanais de l’Electricité et de l’Eau se sont entendues sont respectées depuis 2005. Une seule cargaison, un problème qui, du point de vue réglementaire, ne relève pas de sa responsabilité à partir du moment où, au port de chargement, le produit était conforme aux normes », a souligné Mounir Sakhri.

Par ailleurs, le directeur de communication de Sonatrach a affirmé que la personne arrêtée par les autorités libanaise dans cette affaire, n’est pas un représentant de SPC Londres.

« Je précise que la personne en question est un agent maritime, chargée par SPC Londres de ses affaires administratives auprès de l’administration libanaise et ses différents partenaires. Elle ne représente pas les intérêts de SPC Londres et encore moins ceux de Sonatrach », a tenu a précisé le responsable de la compagnie nationale des hydrocarbures.

il a ajouté, à ce propos, que « la maison mère, qui à ce jour n’a jamais été inquiétée, a pris toutes les mesures nécessaires à l’interne en demandant à sa filiale SPC Londres de préparer un dossier complet ».