seaal
Quelques heures après l’annonce officielle du ministère de la Santé, jeudi passé, de l’existence d’une épidémie du choléra, dans quatre wilaya du Centre , les internautes notamment sur facebook, ont pointé leurs regards sur l’eau du robinet et donc sur les différentes sociétés de distribution d’eau en Algérie (SEAAL, SEAOR, SEACO ..) et c’est précisément la Société des eaux et de l’assainissement d’Alger (SEAAL) qui a essuyée le plus de critiques et d’accusations ces derniers jours. Pour le directeur de la Planification et du développement, à SEAAL, Jacques Nourtier, cette campagne de dénigrement est totalement injustifiée.

Malgré les résultats rassurants de l’Institut pasteur d’Algérie (IPA), sur la qualité de l’eau du robinet. Et malgré la déclaration du directeur de la Santé de la wilaya d’Alger, Mohamed Miraoui qui avait indiqué vendredi que « l’eau du robinet est potable et n’était pas à l’origine de l’épidémie du choléra », les utilisateurs de facebook, ont mené une campagne de dénigrement contre la SEAAL en l’accusant d’être la source de la propagation de l’épidémie du choléra qui a enregistré 139 cas suspects et 46 cas de choléra confirmés jusqu’à présent. La SEAAL de sont coté a répondu a cette campagne a travers sa page facebook officielle. Où elle a publié des déclarations de différents officiels indiquant que « l’eau du robinet était potable et ne présentait aucun risque pour la santé ». Nous trouvons aussi sur la page facebook de SEAAL une vidéo d’un témoignage d’un citoyen d’Alger qui fait selon SEAAL, « confiance dans l’eau du robinet ».  « Si vous êtes comme lui, faites une petite vidéo de 30 secondes et nous la publierons » a noté la société en question sur sa page facebook.

Interrogé par Maghreb Emergent, le directeur de la Planification et du développement, a confirmé que c’est une campagne injuste et qui n’a pas lieu d’être. « Nous ne comprenons même pas quel est l’intérêt de ces gens qui mènent cette campagne de dénigrement. Ça doit être un enjeu autre que technique. Ils ne présentent aucun argument sérieux. Et nous ne considérons pas ce problème comme d’ailleurs étant une crise nous allons répondre aux utilisateurs de facebook via notre page facebook » a précisé Jacques Nourtier.

En outre notre interlocuteur, a expliqué que de nature de la bactérie provoquant le choléra peu résistante au chlore, « nos eaux sont chlorées ! Il est donc impossible que ça soit nous la source de la contamination » a-t-il martelé. Il a notamment affirmé que la source de Sidi El Kebir (Tipasa) qui a été « condamnée est interdite à la consommation », n’est pas connectée au réseau d’adduction en eau potable de SEAAL. Selon lui, le risque est dans les aux non chlorées comme dans le cas des sources interdites à la consommation.

En off, un homme d’affaires français installé en Algérie depuis quelques années note que la campagne contre SEAAL a quelques relents anti-français. Ce même homme d’affaires déplore tout de même la contre-campagne virale lancée par l’entreprise à l’actionnariat français, car on voit dans une des vidéos un homme disant que le « choléra était dans la tête », une chose qu’aucune entreprise française ne cautionnerait en France.