Le nombre de pèlerins algériens décédés aux Lieux Saints de l’Islam (Arabie Saoudite) depuis le début de la campagne du hadj 2019 s’est élevé à 7 morts, suite au décès d’un hadji, lundi à Mina, a appris l’APS auprès du chef de la délégation consulaire algérienne.
Il s’agit du hadji « Jibrit Aïssa, né le 11 avril 1953, originaire de la wilaya d’El Oued, décédé d’un arrêt cardiaque », a affirmé l’ambassadeur, Abdelkader Hedjazi.
Le chef de la mission médicale algérienne, Dr. Mahmoud Dahmane a affirmé que « le dossier médicale du regretté qui a rendu l’âme à l’hôpital de Hira confirme que le défunt souffrait effectivement d’une cardiopathie ».
Rappelant les cas similaires enregistrés, durant les années précédentes, lors de l’accomplissement des rites du hadj, le chef de la mission médicale algérienne a noté un recul du nombre de décès pour cette année, déplorant, toutefois, le non respect des instructions médicales par certains hadjis, malades cardiaques et hypertendus en particulier, dont les complications de la maladie peuvent s’avérer parfois très graves, voire mortelles.
Outre le hadji décédé, lundi, à Mina, quatre (04) hadjis algériens sont morts la semaine dernière et deux (02) autres dimanche, ce qui porte à 7 le nombre global des pèlerins algériens décédés aux Lieux Saints de l’Islam.