En Algérie, les zones offshore susceptibles de contenir des hydrocarbures sont situées entre 2.000 et 2.500 mètres de profondeur

Sonatrach va se lancer prochainement dans l’exploration offshore au large des côtes de la wilaya de Chlef, selon la directrice de l’énergie de cette même wilaya.

D’après la responsable qui intervenait lors de la rencontre sur la Stratégie de l’économie bleue 2030, tenue ce jeudi au siège de la wilaya, les travaux d’exploration du pétrole et du gaz offshore de Sonatrach vont s’effectuer de Beni Haoua (Chlef), à la limite avec Tipasa, jusqu’à Decheria, à la frontière avec Mostaganem.

La responsable de l’énergie a affirmé, par la même occasion, que «toutes les dispositions ont été prises pour préserver l’environnement marin et les ressources halieutiques». Elle a tenu à rassurer la population de la région que les travaux d’exploration « n’auront pas d’impact sur le potentiel marin, dans la mesure où l’intervention s’effectuera plus au large des côtes de la région ».

Rappelons que Sonatrach a signé, en octobre 2018, des contrats d’exploration du potentiel pétrolier en offshore avec le groupe ENI (Italie) et Total (France). La partie orientale de l’offshore algérien sera opérée avec ENI, alors que la partie occidentale le sera avec Total.

La superficie de cette exploration est estimé à 131 165,44 km2 et adjacent aux territoires des wilayas d’El-Tarf, d’Annaba, de Skikda, de Jijel, de Béjaïa, de Tizi Ouzou, de Boumerdès, d’Alger, de Tipasa, de Chlef, de Mostaganem, d’Oran, d’Aïn Témouchent et de Tlemcen.