Water runs from a tap in a building in Osaka on March 23, 2011. Tokyo on March 23 warned that radioactive iodine over twice the safe level for infants had been detected in its tap water due to the disaster at a quake-hit nuclear plant northeast of Japan’s capital. The news compounded fears over the fallout from the crippled Fukushima power station that also led the government to ban farm produce from areas near the charred complex, where emergency crews were battling to prevent a meltdown. AFP PHOTO / VOISHMEL
Selon son Directeur Général Adjoint Afrique, Moyen-Orient et Inde, Suez va créer une école nationale de gestion de l’eau et de l’assainissement.

Le groupe Suez, présent en Algérie depuis 2006, notamment à Alger et Tipaza en tant que partenaire de SEAAL, va élargir sa présence à six autres wilayas à partir de 2019. C’est ce que nous a déclaré Paul Bourdillon, Directeur Général Adjoint Afrique, Moyen-Orient et Inde du groupe Suez, rencontré dans son bureau à la Défense, à Paris.

En effet, selon lui, Suez interviendra désormais dans six nouvelles wilayas. « Nous avons entrepris déjà depuis 2006 un travail de formation et de transfert du savoir-faire. On avait pris une initiative pour faire du diagnostic au niveau de l’expertise technique dans les métiers de l’eau et de l’assainissement suite auquel on élabore un plan d’action. On a continué à le faire à Alger, puis à Tipaza, et, aujourd’hui, on nous demande d’élargir la démarche à d’autres wilayas. Quatre pour les métiers d’eau et quatre autres pour celui de l’assainissement. En tout, six wilayas, puisque avec deux d’entre elles, on va travailler et sur l’eau et sur l’assainissement », a –t-il expliqué, ajoutant qu’il s’agissait de « Tlemcen et Tizi-Ouzou pour le compte de l’ADE, de Bejaïa et Tamanrasset pour le compte de l’ONA. Pour ce qui est de Annaba et Ouargla, le diagnostic se fera pour le compte de l’ADE et de l’ONA».

Paul Boudrillon précise aussi que Suez ne va pas intervenir dans l’exploitation, mais dans le diagnostic et le transfert du savoir-faire. M. Bourdillon a par ailleurs informé que Suez va créer une école nationale de gestion de l’eau et de l’assainissement. « Nous ferons venir des gens de différents endroits du pays pour faire ce que nous avons fait avec SEAAL : former des équipes techniques compétentes. En fait, sur le plan de l’exploitation, on va continuer à faire ce qu’on faisait avant et, sur le plan transfert du savoir-faire, on va élargir le périmètre d’action», a-t-il conclu.