L’opérateur public français de téléphonie mobile Orange se déploie au Maroc et en Égypte, deux pays qui se trouvent dans une région des plus rentables pour l’opérateur. En 2014, l’Afrique et le Moyen-Orient est la seule zone géographique où Orange a réalisé une augmentation de son chiffre d’affaires.

 

Orange s’apprête à racheter les parts détenues par Orascom dans le capital de l’opérateur égyptien ECMS qui commercialise la marque Mobinil. Selon des informations relayées par la presse égyptienne, l’opérateur français souhaite porter sa participation de 94 à 99%. Le montant de la transaction avoisinerait les 210 millions d’euros, ajoutent les mêmes sources. Dans un communiqué publié le 24 février dernier, Orange a confirmé l’information mais, n’a pas révélé les détails de la transaction : « Orange réalisera la transaction en exerçant son option d’achat, conformément à l’accord entre actionnaires signé par les deux parties en avril 2012 ». La transaction qui devrait être finalisée d’ici la fin de ce 1er trimestre s’inscrit en droite ligne de la stratégique de développement du groupe. « L’Afrique et le Moyen-Orient est une composante clé de la stratégie de développement du groupe Orange », peut-on lire encore dans le communiqué. ECMS est le second opérateur qui tombe dans l’escarcelle de l’opérateur français après le Marocain Méditel, n°2 du royaume chérifien, et ce, en l’espace de quelques mois. En effet, Orange a exercé son option d’achat le 5 septembre dernier pour obtenir le contrôle sur cet opérateur marocain dont il détenait 40%. L’option d’achat selon l’accord liant les deux entreprises prévoit qu’à défaut de transfert des titres au français au 1er janvier 2015 pour prendre 9% du capital, Orange deviendrait automatiquement propriétaire de 10,10 % d’actions. On ignore le montant de la transaction, mais Méditel sera renommé Orange Maroc.  

Une croissance à deux chiffres 

Il convient enfin de noter qu’Orange a enregistré en 2014 une croissance de 7,1% dans la zone géographique Afrique et Moyen-Orient. Une croissance qui contraste avec les indicateurs globaux du groupe dont le chiffre d’affaires a reculé de 2,5% durant le même exercice après une baisse de 4,5 en 2013 (exercice précédent). Et cette zone géographique est la seule où l’opérateur a vu son chiffre d’affaires progresser. L’opérateur a expliqué à la communication de son bilan que cette croissance à 4,3 milliards d’euros est tirée par « la Côte d’Ivoire, la Guinée, l’Égypte, le Mali et le Congo ». Et de préciser que 7 sur les 13 pays où il est présent à travers cette région réalise une croissance à deux chiffres. L’opérateur compte 97,5 millions d’abonnés mobiles dans la zone Afrique & Moyen Orient à fin 2014, soit en hausse de 11,9 % comparativement à 2013 (+10,4 millions de clients supplémentaires). La progression, se félicite-on, est spectaculaire en en Tunisie, par exemple ; un marché où le nombre d’abonnés a bondi de 58%, à 1,6 million. Idem en République démocratique du Congo. Orange y compte 4,3 millions d’abonnés à fin 2014, contre 1,79 million un an plus tôt, soit une progression de 140%.