Le général de corps d’armée à la retraite et ancien patron du DRS, Mohamed Mediène et le général à la retraite Athmane Tartag, ancien coordinateur des services de sécurité, ont été interpellés et entendus aujourd’hui par les éléments du Centre principal des opérations (CPO) connus sous le nom de « Antar » qui dépend de la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI).

Peu d’informations ont filtré sur la nature des interrogatoires qu’ils ont subi, ou sur les raisons derrière leur arrestation où s’ils seront présenté devant la justice militaire ou civile.

Pour nos sources il s’agirait d’une demande d’éclaircissements relatifs à la supposée réunion tenue fin février pour mettre fin aux fonctions du Chef d’état-major et l’installation d’un comité de transition présidé par Liamine Zeroual, à laquelle auraient assisté les deux hommes.

On se rappelle le discours virulent d’Ahmed Gaid-Salah qui a violemment attaqué le général Toufik en l’accusant d’avoir voulu conspirer avec l’aide de puissances étrangères contre l’Etat algérien.

Cette arrestation ouvre la voie à celle des frères Bouteflika, accusés, eux-aussi d’avoir conspiré et abusé de la position d’Abdelaziz Bouteflika pour dicter leur loi à l’administration du pays.