Des pourparlers ont démarré entre la compagnie aérienne tunisienne, Tunisair, et le gouvernement de Youssef Chahed pour fournir des fonds de 150 millions de dinars (49,4 millions de dollars) au transporteur national afin d’assurer le succès du retour des Tunisiens à l’étranger et de la prochaine saison touristique, a-t-on appris lundi auprès de Tunisair.

A cette occasion, le responsable tunisien a annoncé l’approbation d’une réduction de 30% du prix des billets en faveur des familles tunisiennes rétablies à l’étranger, composée de 3 membres au moins, à condition que les billets soient achetés entre le 26 février et le 31 mars courants, dans le cadre du retour de la communauté tunisienne pendant la période estivale.

Présent au parlement, lors d’une audition de la Commission des Tunisiens à l’étranger, le chef de la compagnie aérienne tunisienne, Elyes Mankbi, a reconnu que le transporteur national tunisien « est confronté à une situation financière délicate en dépit du développement de ses transactions au cours des 24 derniers mois ».

Il a, par ailleurs, mis en garde que la non-satisfaction des besoins urgents de Tunisair en liquidité nécessaire sera lourde de conséquence au titre du maintien du rythme habituel de transport de passagers.

Selon M. Mankbi, la flagrante dépréciation du dinar par rapport aux devises mondiales (euro et dollar) a fortement affecté l’équilibre financier de la compagnie, « car la plupart de ses dépenses sont payées en devises, tandis que les ventes de billets se font en dinars tunisiens ».

L’année dernière, rappelle-on, la compagnie aérienne tunisienne avait assuré le transfert d’environ 3,8 millions de passagers, malgré le vieillissement de la flotte d’aéronefs : Tunisair a pu réussir un chiffre d’affaires de 1.500 millions de dinars (494,5 millions de dollars).

Selon son chef, la compagnie Tunisair aurait besoin d’une enveloppe d’environ 1.300 millions de dinars (428,7 millions de dollars) pour espérer mettre en œuvre son programme de réforme.

D’après son patron, la compagnie aérienne tunisienne est en train de traverser une zone de violentes turbulences marquées essentiellement par des problèmes techniques qui empêchaient, à maintes reprises, bon nombre de ces appareils de voler faute de sécurité de passagers requise.

Actuellement, Tunisair compte une flotte de 28 avions contre 32 appareils en 2008. Ces avions sont utilisés très fréquemment, alors qu’au moins 4 appareils doivent être réparés.

Evoquant le dossier de l’Open Sky, le chef de Tunisair a insisté que la réhabilitation de la compagnie « passe avant la conclusion de l’accord du ciel ouvert (Open Sky) avec l’Union européenne (UE) ».

« La réhabilitation du transporteur national nécessite la mise en œuvre d’un plan de développement spécifique visant principalement le développement de la flotte d’aéronefs ayant une durée de vie de 18 à 25 ans, ainsi que l’augmentation du capital », a estimé M. Mankbi qui pointe du doigt le vieillissement de la flotte comme principale raison des retards et la ponctualité.

M. Mankbi a souligné, dans ce sens, l’urgence de développer le système de gestion de la compagnie pour répondre aux normes des compagnies aériennes internationales, tout en appelant à travailler sur l’investissement en ressources humaines.

A noter à ce niveau que le nombre moyen d’employés à Tunisair est d’environ 150 personnes par avion alors que la moyenne ne dépasse pas 60 personnes dans les sociétés de transport aérien à l’international.