Le président tunisien Béji Caïd Essebsi a reçu mercredi au palais de Carthage (banlieue nord de Tunis) le président du Conseil présidentiel du gouvernement libyen d’union nationale, Fayez al-Sarraj.
« J’ai eu un entretien fructueux avec le président de la République (…) nous avons évoqué le développement de la situation en Libye, essentiellement l’assaut militaire armé sur la capitale, Tripoli », a déclaré M. Sarraj.
« Une attaque lourde de conséquences avec jusqu’à présent 100.000 Libyens ayant fui leur maisons et un nombre de civils blessés en hausse, d’autant plus que les forces assaillantes ne cessent de viser des installations et des institutions stratégiques pour l’Etat », a-t-il déploré.
« Les autorités libyennes légitimes n’épargneront aucun effort pour défendre la Libye et sa capitale (…) nous veillons actuellement à poursuivre et parachever toutes les procédures de condamnations de tous les acteurs impliqués dans ces attaques », a-t-il poursuivi.
Pour sa part, le chef de l’Etat tunisien a réitéré la position de son pays aux côtés du peuple libyen tout en affirmant que « le conflit libyen devrait être résolu le plus rapidement possible (…) ce pays ami, voisin et frère devra éviter de nouvelles effusions de sang et des souffrances en mettant immédiatement un terme aux combats entre des compatriotes d’un même pays ».
M. Essebsi, cité par la présidence de la République, a également rappelé que « la solution en Libye devrait être via un processus politique et entre les mains des Libyens eux-mêmes, sous l’égide des Nations Unies et loin de toute ingérence extérieure ».