L’impact de la pandémie de COVID-19 ne cesse de se manifester sur l’économie tunisienne et 35% des entreprises privées (en activité) ont déjà déclaré risquer de fermer définitivement si la donne actuelle persiste, selon une étude sur l’impact socioéconomique du coronavirus, dévoilée jeudi par l’Institut National de la statistique (INS).

Cette étude a été réalisée par voie téléphonique ciblant un échantillon de 2.500 entreprises qui représentent le secteur privée tunisien. Elle est le fruit d’une collaboration avec la Société financière internationale (IFC), membre du groupe de la Banque mondiale.

En effet, 72,4% des entreprises confirment ne pas être capables de garantir davantage certaines de leurs charges (dépenses) en raison du manque de fonds disponibles.

Seulement 13,3% des entreprises ont affirmé être dotées d’un certain plan de continuité des activités (PCA), d’où une autre manifestation de l’effet COVID-19 sur la résilience et la durabilité des activités de ces entreprises.

Par ailleurs, le télétravail demeure la mesure la plus intégrée dans les plans de continuité des activités des entreprises tunisiennes privées à l’ère du coronavirus et il est valable pour 26,6% d’entre elles.