Beaucoup d’hôteliers ont pu augmenter leur chiffre d’affaires malgré la dépréciation du dinar tunisien de 22,4% par rapport au dollar US et de 15,3% par rapport à l’euro depuis le début de  l’année 2018.

Selon la Banque centrale de Tunisie (BCT), les recettes du secteur du tourisme ont atteint, jusqu’au 10 décembre courant,  3,8 milliards de dinars tunisiens (1,28 Mrd $) contre 2,7 milliards (0,91 Mrd $)  en 2017, soit une progression de 1,1 milliard de dinars tunisien (+41,50%).

La situation du secteur s’améliore d’une année à l’autre, grâce à l’affluence des touristes venant de tous les coins du monde. La destination Tunisie, privilégiée grâce à sa diversité, aux infrastructures touristiques, aux sites historiques et environnementaux, mais aussi aux coûts relativement bas des séjours, notamment pour la clientèle européenne. L’autre facteur qui a permis d’augmenter les recettes  est le rétablissement de de la sécurité dans toutes les villes, surtout les villes côtières.

Les effets de la crise dans le secteur depuis la révolution du jasmin planent encore sur certains hôteliers, mais la plupart d’entre eux ont pu augmenter leur chiffre d’affaires, malgré la dépréciation du dinar tunisien de 22,4% par rapport au dollar US et de 15,3% par rapport à l’euro depuis le début de  l’année 2018. Ce qui n’arrange pas, bien sûr, les professionnels du secteur.

Le ministre du Tourisme tunisien a appelé récemment à poursuivre les efforts et à faire revenir au tourisme saharien ses belles années d’antan, et redoubler les efforts dans l’industrie artisanale.