Les organisations de contrôle citoyen des élections déplorent des dépassments dans certains bureaux de vote.

« Nous félicitons le vainqueur », a déclaré à l’agence Reuters Lofti Zitoun, membre de la direction de parti islamiste. Les premières tendances données par le Réseau citoyen Mourakiboune confirment l’avance de Nidaa Tounes (37,1% des voix) sur Ennahda (27,9%). Elles sont basées sur les résultats du dépouillement réalisées dans 1001 bureaux de vote.

 

Le parti islamiste Ennahda a reconnu lundi sa défaite devant l’alliance anti-islamiste Nidaa Tounes aux élections législatives qui ont eu lieu hier. « Nous avons accepté ce résultat et félicitons le vainqueur », a déclaré à l’agence Reuters Lofti Zitoun, membre de la direction de parti islamiste.

Bien que les résultats officiels n’aient pas encore été proclamés, des signes convergents indiquent la victoire de Nidaa Tounes avec plus de 80 sièges, contre près de 70 pour son rival islamiste.

Selon l’organisation tunisienne citoyenne, qui contrôle les élections Mourakiboun, le parti dit ‘’laïc’’ Nidae Tounes arrive en tête, avec 37,1% des voix exprimées, suivi d’Enahdha avec 27,9%, de l’Union des patriotes libres avec 4,4%, du Front Populaire, avec 3,7%, du Congrès pour la République, avec 2% et du Courant Al Marhaba avec 1,1%. Le dépouillement des voix a pris beaucoup de retard dans certains bureaux de vote comme celui de Menouba et Gafsa, par exemple. Ces retards sont dus, selon les médias tunisiens, à l’arrivée tardive des urnes aux centres de collecte.

« Les résultats partiels des législatives tunisiennes seront annoncés ce lundi 27 octobre soir », déclare à la chaine française France 24, le président de l’Instance Supérieure Indépendante pour les Elections(ISIE) Chafik Sarsar.

 

Des dépassements

 

Selon un rapport publié aujourd’hui par les observateurs de l’Association tunisienne pour l’intégrité et la démocratie des élections (ATIDE), des dépassements ont été observés hier dans certains bureaux de vote.

Parmi ces dépassements, explique ce rapport, la-non neutralité de certains membres des bureaux de vote comme à Djerba, Sidi Bouzid, à la cité Ettadhamen (Tunis). A Teboursouk (gouvernorat de Béja), y lit-on, une candidate s’est faite passer pour la directrice du bureau de vote.

Des défaillances ont été observées également, selon ce document, lors du déroulement du scrutin à l’instar de l’absence de cachets sur le bulletin de vote dans le bureau de la Marsa et El Manar. A Sousse, ajoute-t-il, des électeurs n’ont pas voté dans l’isoloir et des bulletins ont été subtilisés et sortis du bureau.

Les observateurs de l’ATIDE signalent ‘’l’achat des voix’’ à Douar Hicher, Oued Ellil, Kasserine, Zarzis et Sidi Bouzid. Ils notent qu’à Aïn Zaghouan, des électeurs analphabètes ont été accompagnés dans les isoloirs par d’autres personnes. Ils déplorent l’exploitation des enfants devant certains centres de vote à Sijoumi, Mellassine, et l’Ariana, ainsi que la distribution de listes à des personnes âgées à Kasserine.

Plus de trois millions, soit 61,8% des électeurs inscrits, se sont exprimés hier lors des deuxièmes élections législatives organisées après la chute de Ben Ali en 2011, contre 4 millions 200 milles électeurs (70% des inscrits) en 2011 pour l’élection de l’Assemblée constituante.

Le taux de participation de la communauté tunisienne à l’étranger est de 30% alors qu’il était de 50% en 2011.