Un rassemblement de protestation a été organisé, ce dimanche, 11 novembre 2018, devant le Théâtre Municipal de Tunis, pour dénoncer la désignation de René Trabelsi, tour-opérateur et fils du dirigeant de la communauté juive de Djerba, à la tête du ministère du Tourisme et de l’Artisanat.

Environ 100 manifestants représentant des associations de la société civile et plusieurs partis politiques, dont le Courant Démocrate, Le Mouvement du Peuple, Le Parti unifié des patriotes démocrates, la Ligue tunisienne pour la Tolérance et l’Instance Nationale de Soutien à la Résistance Arabe, ont brandi des banderoles, avec des slogans antisionistes et refusant la normalisation avec Israël.

Présent à cette manifestation, le président de la Ligue Tunisienne pour la Tolérance, Salah El Masri a déclaré à l’agence TAP que les manifestants “refusent la nomination de René Trabelsi à cause de ses positions pro-sionistes et son appel à accueillir 20 000 sionistes en Tunisie”.

“Il (René Trabelsi) avait déjà donné des déclarations aux média, dans lesquels ils évoque une oppression des juifs en Tunisie. Il est en contact avec des médias sionistes et tous les cercles sionistes se sont félicités de sa désignation”, a-t-il encore déclaré.

Et d’ajouter “Trabelsi a contribué à la création d’une représentation en Tunisie de la Ligue Internationale Contre le Racisme et l’Antisémitisme (LICRA), une organisation connue pour son soutien au sionisme et à l’entité sioniste colonisatrice”.

D’après lui, la nomination de Trabelsi s’inscrit dans le cadre “d’une campagne menée par certains pays arabes pour la normalisation avec Israël et pour faire de Jérusalem son capitale, d’une part, et pour répondre à la résistance syrienne contre les projets américano-sionistes, d’autre part”.

El Masri a appelé le peuple tunisien et les députés de l’ARP (Assemblée des Représentants du Peuple) à refuser cette nomination et à œuvrer pour incriminer la normalisation avec “l’ennemi israélien pour une victoire de la souveraineté nationale”.

Toujours selon lui, “le dernier remaniement ministériel a été concocté par Youssef Chahed et le parti Ennahdha pour plaire aux cercles sionistes et américains et pour faire passer le projet de la normalisation auquel ils se sont engagés devant le Commission des affaires publiques américano-sionistes (AIPAC ou American Israël Public Affairs Committee)”.

La nomination de René Trabelsi au poste de ministre du Tourisme et de l’Artisanat dans le cadre du remaniement ministériel du lundi dernier, a suscité une grande polémique au sein des cercles politique et parlementaire et aussi sur les réseaux sociaux. L’opinion publique, en Tunisie, est scindée entre deux idées: pour et contre cette désignation.

L’Instance nationale de soutien à la résistance arabe, à la lutte contre la nominalisation et le sionisme, avait annoncé, jeudi dernier, avoir déposé devant le Tribunal administratif une demande de jugement en référé contre la nomination de René Trabelsi au poste de ministre du tourisme au sein du nouveau gouvernement.

L’ARP tient lundi (12 novembre), une plénière, à partir de 10h00, consacrée au vote de confiance aux nouveaux membres du gouvernement.

Pour mémoire, René Trabelsi avait indiqué à des médias qu’il ne détient pas la nationalité israélienne, se déclarant surpris de voir certaines parties suggérer que sa nomination à la tête du ministère du Tourisme signifiait une normalisation avec Israël.