Salwa Karoui, femme de Nabil Karoui, l’un des deux candidats au second tour de l’élection présidentielle de la Tunisie, et directrice de la campagne électorale de son époux, a annoncé mardi dans la soirée qu’une plainte a été déposée auprès du tribunal administratif sollicitant le report du second tour de la présidentielle, prévu pour ce dimanche 13 octobre.

Invitée de la télévision privée « al-Hiwar attounissi » (Le dialogue tunisien, en français), Salwa Karoui a indiqué que son époux demandait « juste l’exercice de son droit constitutionnel de mener à bien sa campagne électorale, même dans le cadre d’une libération conditionnelle ».

M. Karoui fut interpellé le 23 août dernier dans le cadre de l’investigation sur une affaire de blanchiment d’argent et d’évasion fiscale. Depuis lors, il se trouvait en prison dans l’attente de la délibération définitive.

Le bureau de communication de la campagne de M. Karoui a réitéré mardi soir la nécessité de définir le principe de l’égalité des chances entre les deux candidats du second tour présidentiel, laissant entrevoir dans ce contexte la possibilité d’exiger le report du scrutin.

Dans une déclaration distribuée ce soir, la direction de la campagne de M. Karoui a indiqué avoir contacté l’Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE) le 30 septembre 2019 pour déposer une demande de M. Karoui de se rendre dans tous les 24 provinces de la Tunisie afin de pouvoir communiquer directement avec le peuple pendant sa campagne électorale.

Le bureau de communication de la campagne électorale de M. Karoui a nié dans sa déclaration les informations diffusées par certains sites d’informations locaux portant sur l’intention de M. Karoui de se retirer de la course présidentielle, les décrivant comme des rumeurs sans fondement.

M. Karoui, homme d’affaires, devrait disputer le second tour de la présidentielle après avoir remporté la deuxième position au premier tour avec 15,58% des suffrages, face au candidat indépendant, universitaire en droit constitutionnel, Kaïs Saïed, qui a obtenu 18,4% des suffrages au premier tour.