Le Secrétaire général des Nations-Unies, Antonio Guterres, a averti, mercredi, qu’un vaccine à lui seul ne peut résoudre la crise mondiale engendrée par la pandémie du Covid-19, “une crise qui ne ressemble à aucune autre de notre génération”.

“Beaucoup placent leurs espoirs dans un vaccin, mais soyons clairs: il n’y a pas de panacée en cas de pandémie. Un vaccin ne peut à lui seul résoudre cette crise, certainement pas à court terme”, a déclaré le chef de l’ONU lors d’une conférence de presse à la veille de la réunion de haut niveau de la 75è session de l’Assemblée générale, qui se tiendra virtuellement la semaine prochaine à New York.

M. Guterres a estimé que cette messe mondiale, qui coïncide cette année avec le 75è anniversaire de la création des Nations-Unies, devrait marquer “le moment où la communauté internationale doit s’unir pour vaincre le virus”. “Nous devons développer massivement les outils nouveaux et existants qui peuvent répondre aux nouveaux cas (d’infection) et fournir des traitements vitaux pour stopper la transmission et sauver des vies, en particulier au cours des douze prochains mois”.

Mais à partir de maintenant, un vaccin doit être considéré comme “un bien public mondial”, car la COVID-19 ne respecte aucune frontière, a-t-il estimé. “Nous avons besoin d’un vaccin abordable et accessible à tous, un vaccin populaire”, a dit le Secrétaire général.

Et de noter que pour qu’un vaccin fonctionne, “les gens du monde entier doivent être prêts à le prendre. Mais avec la propagation du virus, nous assistons également à une prolifération de désinformation sur un futur vaccin”.

“Cela alimente l’hésitation à l’égard des vaccins et enflamme les théories du complot sauvage”, s’est-il alarmé, déplorant que la méfiance à l’égard des vaccins augmente dans le monde, comme le montrent des rapports sur de larges segments de la population dans certains pays indiquant leur réticence ou même leur refus de prendre un vaccin contre la COVID-19.

“Face à cette maladie mortelle, nous devons faire tout notre possible pour mettre un terme à la désinformation mortelle. Nous devons également faire beaucoup plus pour lutter contre les fragilités mondiales que le virus a exposées”, a plaidé Antonio Guterres, constatant que bientôt le monde franchira “le plus sombre des jalons: 1 million de vies perdues à cause du virus”.