Le ministre de la Santé a déclaré, lors de son passage devant le Conseil de la nation, que l’épidémie de rougeole qui a frappé le sud du pays était due « au refus des parents de vacciner leurs enfants ».

 

«Nous n’avons pas de vaccin pour les bébés de trois mois. Et c’est un problème qui risque de durer pendant une période indéterminée ». Cette déclaration, pour le moins surprenante, nous a été faite par une responsable au niveau d’une structure de santé, en plein cœur d’Alger, celle de Djenane Mebrouk, à Bachdjarrah, à quelques kilomètres seulement de l’Institut Pasteur de Dely Brahim à partir duquel les structures sanitaires du pays sont approvisionnées.

« Il nous arrive d’attendre des vaccins pendant une dizaine de jours voire un mois avant de les recevoir », déclare une autre employée du même centre. Une situation surprenante d’autant qu’il n’existe aucune pénurie, déclarée du moins, en matière de vaccins.

Contactée par Maghreb Emergent, la directrice de l’Institut Pasteur de Dely Brahim, Mme Smain nous a assuré que « tous les vaccins sont disponibles, ceux des enfants mais également ceux des pèlerins ». Elle a exprimé son étonnement quant au fait qu’une structure sanitaire attende aussi longtemps pour se faire livrer des vaccins. « C’est inadmissible. Nous parvenons à faire parvenir des vaccins à des structures situées à l’autre bout du pays en moins de vint quatre heures et il existerait à Alger des centres qui attendent plus d’une dizaine de jours », s’est-elle étonnée.

Pour la directrice, le problème pourrait se situer au niveau local et pourrait être lié, par exemple, à l’absence d’équipements de stockage de vaccins au niveau de certaines structures. En somme, ce qu’il faut savoir c’est qu’aucun centre médical ne devrait être en rupture de stock aussi longtemps.

Dernièrement, une dizaine d’enfants sont décédés au sud du pays à cause d’une épidémie de rougeole. Des enfants qui n’avaient pas été vaccinés.  Le ministre de la Santé a déclaré, lors de son passage devant le Conseil de la nation, le 12 avril courant, que l’épidémie de rougeole  était due « au refus des parents de vacciner leurs enfants ».