Point de ralliement important, la Place du 1er mai étaient déjà noire de monde vers 14h.

Comme d’habitude, les manifestants étaient en avance sur le rendez-vous de la marche ce vendredi, plutôt pluvieux. La météo quelque peu capricieuse n’aura donc pas dissuadé les Algériens et Algériennes de rallier le centre de la capitale.

Bien avant l’entame de la prière du vendredi, la mécanique du mouvement citoyen était déjà en branle. Dans les quartiers des jeunes embarquaient très tôt à bord de véhicules pour rejoindre Alger dans les meilleurs délais. La circulation était fluide jusqu’aux abords de l’avenue Belouizdad, l’axe autoroutier à hauteur des ateliers était, quant à lui, bondé de voitures et les policiers faisaient barrage. Les acteurs de cette journée de marche étaient de toutes les catégories sociales et y allaient de leurs analyses sur la situation politique actuelle que connait le pays.

« L’avenir est aux jeunes générations qui montent », déclare un quadra portant l’attirail du parfait randonneur, dont des chaussures et une cape de marque connue. Il est précédé d’un chef d’entreprise à la tenue moins adaptée pour le parcours, hormis un chapeau rond le protégeant de la pluie fine qui s’était mise à tomber.

Point de ralliement important, la Place du 1er mai étaient déjà noire de monde vers 14h. Plus haut, c’est-à-dire sur la Rue Didouche Mourad, à hauteur de Meissonnier l’ambiance était à la fête. Les manifestants dansaient et scandaient leurs slogans habituels au rythme de chansons et de musiques soigneusement distillées par un DJ. Pour gagner la place Maurice Audin, il fallait s’armer de patience, vu le nombre impressionnant de citoyens qui avaient investi l’asphalte.

Cette rue principale était littéralement interdite aux voitures et était devenue piétonne de facto. Dans la foule l’on pouvait distinguer les secouristes bénévoles, portant gilets de couleur orange. Réda, Médecin urgentiste, a improvisé une cellule d’urgence au bas d’un immeuble attenant au tunnel des facultés et accueillait avec l’aide d’autres soignants des blessés et autres personnes prises de malaises, à l’occasion de cet après-midi spécial, où, les prix des places de parking sont montés en flèche et ont atteint les 500 Da.