Abdelaziz Bouteflika vient d’adresser une lettre aux Algériens  dans laquelle, il promet de tenir une élection présidentielle anticipée s’il venait à être élu le 18 avril prochain, promettant de ne pas se porter candidat à ses nouvelles élections.

Affirmant avoir entendu la voix du peuple qui a tenu plusieurs manifestations contre le 5eme mandat, le président sortant propose la tenue d’une conférence nationale inclusive après les prochaines élections. La date de la présidentielle anticipée de rait être fixée au cours de cette conférence. Il propose également une nouvelle révision de la Constitution par référendum.  

Dans un message de candidature à l’élection présidentielle, que devrait lire son directeur de campagne, Abdelghani Zaalane après le dépôt du dossier de candidature, M. Bouteflika s’est dit « déterminé » en cas de sa réélection à « assumer la responsabilité historique de la concrétisation de l’exigence fondamentale du peuple, c’est-à-dire le changement du système », ajoutant que « dans cet esprit, je prends solennellement devant Dieu, et devant le peuple algérien, plusieurs engagements », précise une dépêche APS.

La même source ajoute que le président a relevé qu' »il y a quelques jours et en réponse aux sollicitations des citoyens, de la classe politique et de la société civile, dans un esprit d’accomplissement d’un devoir ultime au service de notre pays et de notre peuple, j’ai annoncé ma candidature à l’élection présidentielle du mois d’avril prochain », soulignant que l’Algérie « est le plus grand honneur qui m’ait été fait tout au long de ma vie ».

« Je vous invite instamment à écrire ensemble une nouvelle page de notre histoire en faisant de l’échéance électorale du 18 avril prochain l’acte de naissance d’une nouvelle république algérienne à laquelle le peuple algérien aspire », a-t-il souligné.