Un magistrat a pris la parole devant la foule pour dire que sa corporation est avec le peuple. Il a également annoncé que les jugent vont bouder l’organisation des élections présidentielles.

Des magistrats cassent le mur de la peur et affichent publiquement leur soutien à la révolte populaire contre le 5è mandat et pour le changement démocratique.

Profitant du sit-in organisé par les avocats devant le siège de la Cour de Béjaia, des magistrats en tenu de service sont sortis de leurs bureaux et ont rejoint la protestation. Ils ont même placé des banderoles sur lesquelles on pouvait lire : « les magistrats sont des enfants du peuple qui ne peuvent ignorer ses revendications », ou encore : « Les avocats + les magistrats+ les greffiers = une seule famille ».

Un magistrat a pris la parole devant la foule pour dire que sa corporation est avec le peuple. Il a également annoncé que les jugent vont bouder l’organisation des élections présidentielles. « Respecter le devoir de réserve dans cette conjoncture historique est synonyme de trahison », a-t-il déclaré. Il ajoute : « le devoir de réserve n’a aucun sens lorsqu’il s’agit de l’avenir du pays. Nous sommes des juges, nous réclamons l’application de la loi et de la Constitution ».

Pour lui, les juges ne doivent pas s’impliquer dans l’organisation des prochaines élections présidentielles prévues pour le 18 avril prochain.