Devant l’amenuisement des recettes pétrolières, l’Etat algérien entend ratisser large. A travers le projet de loi de finances 2020, le gouvernement algérien entend puiser dans le gisement que lui offre la catégorie de citoyens fortunés.

Ainsi, au chapitre « Dispositions fiscales Taxes sur le chiffre d’affaires », l’article 40 précise que les dispositions de l’article 25 du code des taxes sur le chiffre d’affaires, sont modifiées.

Le PLF 2020 vise ainsi à relever la taxe intérieure de consommation applicable aux véhicules de grosses cylindrées, de 30 à 60%. Le champ d’application de cette taxe prévoit en outre de couvrir les véhicules à moteur à piston à allumage par étincelle (essence) d’une cylindrée excédant 1800 cm3 et les véhicules à moteur à piston à allumage par compression (diesel) d’une cylindrée excédant les 2000 cm3. Cette taxe affecte des particuliers à revenus conséquents, et constitue un gisement fiscal intéressant pour alimenter le budget de 1’Etat, est-il noté.