C’est fait, le groupe Multimédia français Vivendi a annoncé, mercredi, la finalisation de la cession à l’Emirati Etisalat de ses 53% dans Maroc Telecom pour 4,14 milliards d’euros.

Dans un communiqué publié sur son site, Vivendi souligne que cette cession va lui permettre de  »poursuivre son désendettement », et  »à l’issue de la vente de SFR, le groupe aura achevé son recentrage et disposera de moyens puissants pour asseoir de nouvelles orientations ». C’est le 4 novembre dernier, après des mois de négociations que le groupe français du Multimédia a signé l’accord définitif avec Etisalat pour lui céder sa participation dans Maroc Telecom pour la somme de 4,2 milliards d’euros en numéraire.
De son côté, Etisalat, présent notamment en Asie (outre les pays arabes), avait annoncé le 28 avril dernier un tour de table de 3,15 milliards d’euros, avec 17 banques locales et internationales pour financer le rachat des actions de Vivendi dans l’opérateur historique marocain. Auparavant, le sud Coréen KT Corp (2012) et Qatar Telecom avaient tenté de négocier le rachat des parts de Vivendi dans l’opérateur marocain, mais avaient vite cédé le terrain, alors que France Telecom (Orange), avait un moment approché le cercle des négociateurs.

Maroc Telecom, pôle africain d’Etisalat

La finalisation de la vente de Maroc Telecom (Ittissalat Al Maghrib, IAM) à Etisalat va rapporter aux actionnaires de Vivendi un joli pactole : 5 milliards d’euros devraient être distribués sous formes de dividendes d’ici à 2015, comme résultat des ventes de Activision Blizzard, Maroc Telecom, et SFR. Par ailleurs, Maroc Telecom, qui avait annoncé fin avril un accord de cession de 650 millions de dollars pour l’achat des filiales d’Etisalat en Afrique (Bénin, Côte d’Ivoire, Gabon, Niger, République centrafricaine et Togo), va devenir le pôle de développement africain d’Etisalat. C’est le 21 Février 2001 que Vivendi est entré dans Maroc Telecom en rachetant 36% de son capital, puis en novembre 2004 en portant sa participation à 51% (rachat de 15% d’actions) et en novembre 2007 au terme d’un programme d’échange d’actions entre le Maroc par l’intermédiaire de la Caisse de dépôt et de gestion (CDG) et le Vivendi. L’état marocain continue à détenir 30% de Maroc Telecom.