YouTube
Sur YouTube, un million de vidéos vues équivaut à seulement 1000 euros de recettes publicitaires (dr.)

YouTube

 

Créer une chaine TV sur YouTube revient beaucoup moins cher, et ne nécessite presque aucune démarche administrative. En attendant une réelle ouverture du champ audiovisuel, la plateforme de Google pourrait être une option de rechange ou de développement. Notre collaborateur explore cette éventualité pour des chaines algériennes.

 

Si certains considèrent les plates-formes de vidéo en ligne comme l’ennemi juré de la télévision, d’autres, au contraire, y voient une nouvelle terre promise à défricher. Un milliard de vidéos sont consommées chaque mois sur YouTube en France. De quoi élargir l’audience… Les promoteurs audiovisuels algériens le savent-ils ? M6, la 2eme plus grande chaîne privée française, et la première à s’être lancé réellement sur le créneau, vient de rendre public les premiers enseignements de la première année d’exploitation de sa chaîne sur le réseau vidéo de Google. En terme de vente d’espaces publicitaires, elle propose aujourd’hui des prix pratiquement équivalents à ceux de la télévision. Un niveau dix fois plus élevé que le tarif moyen sur YouTube. Du jamais vu sur le réseau. Euronews, la chaîne d’information internationale basée à Lyon est, elle aussi, pionnière dans le domaine des technologies. Aujourd’hui, elle est la deuxième chaîne d’information la plus regardée au monde derrière Russia Today. Et Canal Plus, le géant des médias audiovisuels français, s’apprête à lancer 20 chaînes sur la plate-forme de Google.

Avec l’avènement de la 3G en Algérie, le réseau YouTube pourrait il devenir une alternative financière et technique pour les projets audiovisuels algériens en gestation ou ceux déjà lancés ? « (…) la location d’un faisceau sur le satellite coûte 200 000 dollars par an et (…) une heure d’antenne revient à 1 million de dinars (environ 9 000 euros) », affirmait récemment au magazine Jeune Afrique, Mohamed Hakem, le Directeur Général de Dzair TV, la chaîne lancée par le groupe Haddad il y a quelques mois. Les chaînes TV nouvellement  mises sur orbite en Algérie gravitent autour de budgets annuels s’échelonnant entre 1 et 3 millions d’euros pour les plus riches. Des coûts, certes, relativement modestes comparativement aux chaînes TV du paysage audiovisuel français, y compris les petite chaînes de la TNT dont les budget démarrent autour de 15 millions d’euros, mais des coûts important dans le contexte algérien. A cela s’ajoute l’incertitude sur le contenu de la loi sur l’audiovisuel qui va être adoptée incessamment. Permettra-t-elle une large diffusion des chaînes privées ou va-t-elle restreindre le paysage audiovisuel algérien à un groupe public auquel s’ajoutera des chaînes uniquement thématiques ? Quel sera le périmètre commercial permis pour ces chaînes privées pour « protéger » l’ENTV ? A toutes ces interrogations, YouTube semble y répondre en terme de coûts et de liberté de diffusion. La plateforme serait- elle alors LA panacée ? Oui, si on l’on se réfère au volume et flux générée par YouTube. Mais il y a toutefois un problème. Si les grandes chaînes françaises, par exemple, disposent de fortes audiences, et donc d’une puissance digitale intéressante, le modèle économique est encore balbutiant sur le web.

Rentabiliser l’audience sur le Web

Actuellement sur YouTube, un million de vidéos vues équivaut à seulement 1000 euros de recettes publicitaires. Pour parvenir à rentabiliser correctement l’audience, il faut donc commencer par réduire au minimum les coûts de fonctionnement de ces chaînes. Certains artistes français, qui disposent de leurs propres chaînes sur le site Youtube, tournent leur clip en quatre heures et les montent en deux jours. Addition finale: 1800 euros au lieu de 25.000 en moyenne.  Même constat chez Euronews qui prône des coûts «proches de zéro» dans la mesure où le modèle économique est incertain pour l’heure. Mais, avec 10 millions de visiteurs uniques par mois, soit déjà 2,5 millions de plus que sur son site Internet, Euronews espère atteindre des recettes de 15 à 20 euros par mille vidéos vues, faisant valoir son audience très qualifiée.

Alors c’est quoi la recette miracle pour M6 ? D’abord le comportement d’un média traditionnel qui produit des contenus et vend son espace publicitaire pour monétiser son audience. Parallèlement, il s’agit de convaincre les marques de faire du placement produit. Autrement dit, des vidéos conçues sur mesure pour les marques, surfant sur l’humour et la créativité. «Notre argument commercial est assez simple: on arrive à faire beaucoup de vues sur nos propres vidéos, donc on peut en faire beaucoup sur vos contenus de marques», expliquait récemment Adrien Labastire, le DG de la chaîne Youtube de M6.

Youtube Eldorado télévisuelle ? Probablement pas encore en Europe…Mais aux Etats-Unis, la plate forme vidéo évolue déjà sur une autre planète. Le producteur Maker Studios revendique aujourd’hui 100 millions de dollars de chiffre d’affaires avec ses 60.000 chaînes YouTube et 4 milliards de vidéos vues par mois. DreamWorks, le géant des films d’animation (Madagascar, Shreck) a racheté en mai dernier la chaîne YouTube « AwesomenessTV » pour 33 millions d’euros. Sans doute que l’investissement en valait la peine…